Henri Cazaux

La langue des contes

Henri Cazaux

sumário

imprimir

 

Tout commence avec les enfants lorsqu’un adulte égrène les mots empruntés au conte, en permettant à l’enfant d’accéder à un langage de fantaisie, en donnant à voir... où le son de la voix et sa modulation résonne en nous ... où le regard est le miroir de l’âme et un lieu d’échange... où le geste suggère et souligne l’action...

Avec ces condiments de la parole qui animent les mots pour rêver la lune, la nuit, les arbres, les ours, les géants, les sorcières, le conte permet de dire et d’entendre l’indicible, créant dans l’esprit de celui qui écoute une imagerie, une résonnance, une stimulation forte de tout son imaginaire autorisant chacun à franchir l’immense fossé entre la réalité et le réel.

Le conte permet aussi de relier les morceaux dispersés, malmenés, les épreuves anciennes, les fêlures dissimulées, les conflits non exprimés.