Un modèle d’enseignement supérieur international innovant: le projet Brésil

Lucienne Cornu

École de Journalisme et de Communication de Marseille

Université de la Méditerranée.

Henri Dou

CRRM, Université Aix-Marseille

Centre de Saint Jérôme

France

 

 

Le projet Brésil a été créé en 1992 par la Fondation Luthérienne du Portugal (FULP) qui regroupe l’Université Luthérienne du Brésil (ULBRA) et la Fondation Fernando Pessoa du Portugal. Compte tenu de son développement et de son extension sur différents sites d’enseignement au Brésil, ce projet est devenu à partir de 1996 le Projet Brésil Mercosul. Il réunit par convention bi ou multilatérale des universités européennes, des universités des USA et de l’Amérique Latine.

 

Ce projet a en effet mis en place une coopération interuniversitaire destinée à susciter le développement qualitatif de l’enseignement supérieur Brésilien. Ce partenariat vise essentiellement la qualification professionnelle d’enseignants dans le cadre d’une formation doctorale dans l’ensemble des domaines de spécialisation des universités partenaires.

Dans un premier temps, cette coopération s’est effectuée avec l’Europe et plus spécialement avec l’Espagne, la France et le Portugal. Très rapidement, le développement du projet a permis d’inclure des universités anglaises et allemandes. Aujourd’hui, cette coopération s’étend aux USA et à l’Amérique Latine. En Juillet 1997 plusieurs centaines d’étudiants étaient inscrits dans l’ensemble des formations proposées.

L’originalité du projet consiste en sa conception méthodologique. Cette formation s’adresse prioritairement à des enseignants qui ne peuvent disposer du temps nécessaire à une formation doctorale présentielle à l’étranger (de trois à cinq ans) compte tenu de leurs obligations professionnelles. C’est pourquoi le Recteur Ruben Becker de l’Université Luthérienne du Brésil et le Recteur Salvato Trigo de l’Université Fernando Pessoa de Porto ont été amenés à concevoir un enseignement "bloqué" sur deux périodes de l’année universitaire, correspondant aux vacances brésiliennes. L’enseignement étant assuré par des professeurs des universités contractantes, ces dernières gardant la maîtrise complète des diplômes délivrés.

L’organisation administrative relève en totalité de I’ULBRA, encore que pour certains diplômes l’inscription soit effectuée dans l’Université contractante, ULBRA jouant le rôle de relais. Sur le plan de la pédagogie, un coordinateur brésilien assure le relais des professeurs étrangers qui, de leur côté, effectuent en dehors des périodes d’enseignement intensif, des missions de courte durée, en général bisannuelle, pour assurer le suivi des travaux de recherche.

Pour certains enseignements, entre autre dans le domaine de l’information et de la communication, des modalités et des produits permettant le travail à distance ont été mis au point et sont utilisés par les élèves. Les étudiants en thèse peuvent effectuer des périodes travail dans l’université contractante en fonction de leurs disponobilités.

L’Université de la Méditerranée participe à ce projet dans deux domaines: celui de l’Information et de la Communication et celui de l’Odontologie. Le premier programme date de l’origine du projet en 1992. Il a abouti à la mise en place à ULBRA (Canoas) d’une formation de DEA organisée sous le couvert de l’Université Aix-Marseille (CRMM), avec des enseignants provenant des deux universités, selon les spécialités enseignées (Ecole de Journalisme et de Communication et CRRM).

Les étudiants ont présenté leur mémoire en Français à Marseille. Actuellement, des étudiants ayant suivi la formation de troisième cycle sont en cours de thèse dans les Universités de la Méditerranée et d’Aix-Marseille ainsi qu’à l’Université Fernando Pessoa du Portugal (Porto). Certains vont soutenir leur mémoire de thèse dès la fin de 1998.

Des enseignants de l’Ecole de Journalisme et de Communication (EJCM) et du CRRM se rendent régulièrement au Brésil pour y délivrer les enseignements et pour suivre les études engagées.

Les programmes de recherche doivent bien entendu être adaptés aux nécessités et au contexte du Brésil et particulièrement dans le cadre du projet au Mercosul. C’est ainsi que le thème générique "Stratégie de développement par l’Information et la Communication" a été choisi. Ceci conduit à embrasser un champ large comme celui des technologies de l’Information comme vecteur de la compétitivé des entreprises, ou l’impact de la communication sur le développement international et le commerce électronique. Les aspects méthodologiques, techniques et l’approche psycho-cognitive et neurocommunicationnelle sont assurés dans les enseignements. C’est ainsi que des sujets tels que:

ont été abordés soit au niveau des mémoires de DEA, soit au niveau des sujets de thèse pour l’approfondissement. Dans le cas de sites géographiquement éloignés et où les problèmes économiques sont très différents de ceux du Sud du Brésil, comme c’est le cas à Manaos, un travail de prospective est effectué sur place avec des experts pour déterminer les meilleures orientations possibles pour les sujets de travail (par exemple: bio-diversité, bio-piracy, bio-technologie, problèmes liés à la zone franche de Manaos, tourisme, exportation, reportage et vidéo, etc...)

Dans ce contexte, la soutenance des mémoires pourra aussi s’effectuer dans les universités brésiliennes (Canoas et Manaos pour le troisième cycle), mais les soutenances de thèses s’effectuent dans le pays d’inscription (universités contractantes).

La mise en place d’un enseignement de DEA en Odontologie est en cours de réalisation. Des échanges ont eu lieu entre les responsables de l’ULBRA et ceux de la Faculté d’Odontologie de l’Université de la Méditerranée. Un protocole d’accord a été signé, le début des enseignements est prévu en 1999.

 

Bibliographie:

Voir texte de l’accord tripartite, Université Fernando Pessoa, Université de la Méditerranée, Université Aix-Marseille.

Consulter aussi sur l’Internet: http://crrm.univ-mrs.fr rubrique des collaborations internationales.

SUMÁRIO