QUELQUES ASPECTS DU ROLE DU PROGRAMME TEMPUS

DANS L’INTERNATIONALISATION DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

Jean-Claude ANDRICQ

Professeur

Jacques LESENNE

Directeur des Relations Internationales

Vice-Président de l’Université d’Artois

I.U.T. de Béthune (Université d’Artois)

France

 

L’expérience de l’Institut Universitaire de Technologie (I. U. T.) de Béthune (Université d’Artois) dans le programme Tempus-Phare provient de son activité depuis le 1er septembre 1991 dans 17 projets différents générant un budget global d’environ 5 millions d’ECU .

 

UNE EXPERIENCE 

Cette expérience repose sur les activités suivantes :

Cette activité, relativement atypique pour un Institut de taille modeste (1000 étudiants environ), s’appuie sur trois points forts particuliers inscrits dans le projet pédagogique de l'établissement:

*enseignements assurés partiellement par des professeurs vacataires en provenance des entreprises;

*3 D.U.T. par apprentissage en formation initiale (140 étudiants);

*stages en entreprises intégrés à la scolarité;

*nombreuses activités de formation continue et de recherche et développement;

*participation à la gestion et aux choix stratégiques de l'IUT (équipement, taxe d'apprentissage).

Ces trois caractéristiques expliquent l'activité Tempus de l'IUT de BETHUNE dont les 17 projets agréés sont dédiés à l'un des trois objectifs suivants:

*Création et/ou restructuration de formations supérieures techniques courtes, essentiellement dans le secteur secondaire, pour 1 université lettonne, 1 estonienne, 2 lituaniennes, 3 hongroises, 5 polonaises, 7 roumaines;

*Création et fonctionnement d'un réseau universitaire européen de mobilité pour 90 étudiants de 3 universités lituaniennes, soit vers des universités, soit vers des entreprises de l'Union Européenne;

*Création d'un Centre Université-Entreprise dédié à la formation initiale et continue à la gestion des entreprises, la gestion des ressources humaines et à la communication professionnelle pour ingénieurs, cadres et techniciens pour 8 universités et 40 entreprises ou administrations roumaines et d’une Direction des Relations Economiques pour 5 universités lituaniennes.

Il va de soi que les universités des Pays d’Europe Centrale et Orientale (P.E.C.O.) sont les principaux bénéficiaires de ces 17 projets qui ont concerné 28 universités différentes en Estonie (1), Lettonie (1), Lituanie (5), Pologne (4), Hongrie (3) et Roumanie (14). Les résultats pour ces différentes universités peuvent s’apprécier à différents niveaux .

 

QUELQUES RESULTATS EN EUROPE DE L’EST

 

Ces deux activités représentent plus de 2500 semaines de formation, soit à destination d’un individu, soit à destination d’un groupe d’individus des pays P.E.C.O. ; Elles ont été assurées (encadrement de stagiaires, enseignements, etc.) par les Universités de l’Union Européenne partenaires des projets (et, partiellement, par des entreprises de l’U.E.). Elles constituent la première contribution essentielle des universités de l’Union Européenne aux 17 projets déjà évoqués : en effet, dans aucun de ces projets, une quelconque rémunération n’a été versée pour des tâches académiques, aussi bien dans les pays partenaires que dans les pays de l’Union Européenne.

 

Ceci constitue la deuxième contribution essentielle des universités et des entreprises de l’Union Européenne au programme Tempus à travers ces 17 projets.

 

 

QUELQUES RESULTATS EN UNION EUROPEENNE

Pour un Institut comme l’I.U.T. de Béthune, le programme Tempus représente une réelle opportunité d’internationalisation.

 

VERS TEMPUS III ?

Malgré un type de fonctionnement relativement lourd du point de vue administratif et financier, le programme Tempus a été et reste un élément important de développement des universités des P.E.C.O., d’ouverture des universités de l’Union Européenne et de renforcement de la coopération Universités-Entreprises des deux côtés de l’Europe.

Ce programme a su évoluer de Tempus I à Tempus II puis II bis. De nombreux opérateurs à l’Est comme à l’Ouest espèrent un Tempus III qui tiendrait compte des résultats, précisément évalués, des phases précédentes et permettrait une mise en place harmonieuse et progressive des programmes Socrates et Leonardo dans l’ensemble des universités des P.E.C.O.

SUMÁRIO